Publié le 25 août 2022
|
Auteur : admin

“À l’heure où quelques acteurs dominent le secteur technologique, la souveraineté digitale n’a jamais été autant d’actualité. En effet, la Commission européenne a reconnu en 2021: "aujourd'hui, la data produite en Europe est généralement stocké et géré en dehors de l'Europe, et sa valeur est aussi extraite en dehors de l'Europe."

Or, comme démontré par la législation de type RGPD ou DMA, les valeurs européennes comme la protection des données ne sont pas toujours en adéquation avec les normes américaines et asiatiques. C’est pourquoi il devient urgent pour les grands fournisseurs de cloud souverains d’Europe de protéger les valeurs de notre continent et d’aider à la croissance des acteurs locaux.

Pour Scaleway, atteindre la souveraineté du cloud européen est d’autant plus envisageable que les fournisseurs de l’UE peuvent désormais répondre aux besoins de 80% du marché. La dépendance est l’ennemie de la résilience. Une approche multi-cloud, où plusieurs fournisseurs sont utilisés de façon interconnectée, est donc nécessaire.

Pour que cette approche fonctionne, cependant, il faut que tous les fournisseurs développent des architectures interopérables, et que les clients puissent passer librement d’un fournisseur à un autre. Or, pour l’instant, ce n’est pas le cas.

Il nous semble donc que les budgets européens et des États nationaux devraient montrer l’exemple et :

    - prioriser l’adoption de fournisseurs (multi-) cloud soumis uniquement à la législation européenne ;
    - garantir des choix d’acquisition du cloud public fondés sur la transparence, l’innovation, la sécurité, la souveraineté et la neutralité climatique ;
    - intégrer directement à la loi le principe “d’acheter de la technologie européenne” (comme pour l’agro-alimentaire, ou la culture, entre autres secteurs), par voie de quota (similaire à un Small Business Act de la tech) ou tout autre mécanisme de rééquilibrage qui vise à une inversion de la tendance.

Pour Scaleway, cette approche est à préférer aux principes d’un “cloud de confiance”, où l’on confie les données des entreprises et citoyens européens à des acteurs extra-territoriaux, dans l’espoir qu’ils en fassent bon usage. La souveraineté digitale doit favoriser directement les acteurs locaux avant tout pour qu’ils puissent, à terme, offrir une autonomie stratégique actionnable et inaliénable en cas de besoin. Il s’agit, nous en sommes persuadés, de la question la plus cruciale de cette décennie du cloud.”

Yann Lechelle, CEO de Scaleway

Yann Lechelle, CEO, Scaleway